logo de la cité scolaire lakanal

À propos de Lakanal > Édito

A la fin de cette année si singulière et éprouvante, que nos collégiens, lycéens et étudiants, dans leur immense majorité, auront traversée avec beaucoup de courage et de ténacité, mais aussi d’esprit de solidarité, quel bilan pouvons-nous tirer de ces conditions hors normes d’enseignement , de cette révolution brutale de nos espaces de vie, d’étude et de travail ?

Cette période aura permis l’émergence d’une autre qualité de relations, d’une empathie plus marquée, tout d’abord. On se sent unis par un même destin et si on n’est pas prêt à l’aborder tous de la même façon, en tout cas, il y a une vraie forme de solidarité. Paradoxalement, l’éloignement et la solitude forcée de chacun ont créé de nouveaux ponts. C’est en tout cas ce que je veux croire.

Elle aura ensuite, nécessité faisant loi, favorisé le renforcement du travail d’équipe. Les équipes de professeurs ont travaillé sur des organisations communes, des plans de travail élaborés collectivement, des modalités nouvelles d’évaluations concertées. Tous ont bien joué le jeu, et il me semble que nous en récoltons tous, aujourd’hui, les fruits, et je m’en réjouis. Il n’est sans doute pas inutile de rappeler aussi ici que tous sont restés à leur poste, à un moment où dans d’autres pays les écoles fermaient, avec l’impact que l’on sait, et où la très grande majorité des actifs était en télétravail, cela pour permettre aux élèves de pâtir le moins possible de cette période difficile : saluons-les ici comme ils le méritent !

La généralisation forcée de nouvelles modalités d’enseignement aura eu pour conséquence la découverte, non pas du numérique mais bien plutôt de la complémentarité du numérique et de la présence du professeur. Chacun a pu mesurer combien les deux étaient utiles à condition de les utiliser pour des tâches différentes. Chacun a gagné en agilité par rapport au numérique et ce sont là des avancées qui vont forcément modifier dans la durée nos pratiques, que l’on soit élève, professeur, éducateur au sens large ou parent. Mais parallèlement, élèves, étudiants et parents ont pris conscience comme jamais de la nécessité et de la valeur de la présence du professeur, des interactions dans le groupe et entre le groupe et l’enseignant, des rites de l’école. La découverte, peut-être, pour certains, que professeur, c’est un vrai métier, qui ne s’improvise pas. Ne boudons pas cette reconnaissance, aussi tardive soit-elle ! Cette généralisation forcée aura également créé de nouveaux besoins, de nouvelles attentes de la part des familles, auxquelles il va nous falloir répondre et peut-être aussi, un peu résister.

Enfin, cet étrange et déstabilisant arrêt sur image de la vie « normale » d’une cité scolaire, aura donné naissance, aujourd’hui que les activités semblent pouvoir reprendre, à un renouveau des projets. Renouveau en ce sens qu’après un moment de sidération, il y a de nouveau des projets. Mais aussi des projets nouveaux, sensiblement différents dans l’esprit. Exit les voyages (même s’il y en aura toujours), bonjour les projets plus solidaires (le CVL a été exemplaire, à ce niveau, mais il faut citer aussi le projet Cordées de la réussite qui prend son envol), plus écologiques (il y a un foisonnement de projets liés au Développement Durable, et une très belle labellisation de niveau 2 obtenue haut la main, il reste à fédérer un peu tout ça à la rentrée prochaine), plus centrés sur le bien-être, l’estime de soi et la confiance en soi, la méta-cognition. Tout cela était bien sûr déjà en gestation, mais les circonstances en ont accéléré l’éclosion.

Pour toutes ces raisons, ne nous y trompons pas : la pandémie mondiale n’est pas une parenthèse, que l’on peut se dépêcher d’oublier pour enfin reprendre « la vie d’avant ». Elle constitue une véritable rupture, il n’y aura pas de retour en arrière. Et c’est un monde nouveau, fondamentalement différent, qui s’ouvre à nous : alors prenons quelque vacance estivale bien méritée et rendez-vous en septembre prochain pour donner corps et vie à cette nouvelle page de notre cité scolaire que nous devons écrire tous ensemble !

Le proviseur

FacebookLinkedinPinterest

Contactez-nous

Les champs marqués d'un * sont obligatoires

10 * 1 =

Accès

Cité scolaire Lakanal

3 avenue du président Franklin Roosevelt

CS10001

92331 Sceaux Cedex

Tel : 01 41 87 20 00 / Fax : 01 41 87 20 20

Annexe Dupré

30 avenue du président Franklin Roosevelt

92330 Sceaux

Tel : 01 40 91 50 86 / Fax : 01 43 50 06 83